no-nonsenseno-nonsense - consulting...

Les Belges veulent des sites e-commerce belges

Des opportunités claires

Les entreprises belges et l’e-commerce

Beaucoup de sites mais peu de commerce...
  • Les entreprises belges ont bien compris l’importance d’une présence sur Internet puisque 76% d’entre elles disposent d’un site, ce qui est bien au-delà de la moyenne européenne qui se situe à 64%. Par contre, seuls 6% (!) des sites belges offrent la possibilité de payer en ligne, ce qui est le critère pour pouvoir parler d’e-commerce. La moyenne des 27 pays de l’Union est de 10% et tous les pays voisins font mieux avec 9% pour l’Allemagne, 11% pour la France, 17% pour les Pays-Bas et 19% pour le Royaume-Uni.


* Data refer to January 2008, except for France (month before data collection, carried out between 11/2007 and 3/2008), Netherlands (end 2007) and United Kingdom (December 2007) ** EU27 aggregates exclude Greece. The survey covered enterprises with at least 10 persons employed. (Source : Eurostat)

 

  • En France, la forte croissance de l’e-commerce cumulée à une érosion des ventes en magasins ont récemment poussé de nombreuses enseignes comme Darty, Etam, Kiabi, Conforama ou Celio à vendre sur Internet. "Ces enseignes n’ont de toute façon plus le choix, note Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Leur stratégie de diversification de canaux est dictée par les consommateurs qui aujourd’hui ne se satisfont plus de sites vitrines et attendent un prolongement de l’offre sur le Web. Mais aussi et surtout par la concurrence des pure players sur certains secteurs." En Belgique, et pas plus tard qu’en 2009, ce sont des enseignes comme Eldi, A.S.Adventure ou Ici Paris XL qui ont également lancé leur site e-commerce.
  • On peut se demander si ces enseignes de distribution "traditionnelles" ont une chance de pouvoir concurrencer avec succès les pure players bien en place sur leur marché ? On peut répondre par l’affirmative en regardant la situation actuelle dans les pays les plus avancés au monde au niveau e-commerce. En effet, tant aux Etats-Unis qu’en Angleterre, les leaders de la vente en ligne sont dans la plupart des secteurs des retailers physiques. Il suffit de penser à des entreprises comme Walmart ou Tesco qui, malgré une arrivée tardive sur Internet, ont su parfaitement négocier le virage e-commerce.

Lire : Les avantages du e-commerce
customer service software technical support
Live Chat by Comm100