no-nonsenseno-nonsense - consulting...

Les Belges veulent des sites e-commerce belges

Des opportunités claires

E-commerce en Belgique : 23,8% de croissance en 2011 !

  • Malgré la crise, l’e-commerce est un secteur en bonne santé. Le dernier baromètre annuel publié par Ogone, plate-forme de paiement qui équipe 85% des sites de vente belges, fait état d’un chiffre d’affaires de 705 millions € en 2009. Soit une progression de 20% et le nombre de transactions se monte à 8,4 millions ce qui correspond à une croissance de 31% par rapport à 2008.
ogone

 

  • Le montant moyen par transaction est en diminution de 10% avec une somme s’élevant à 84 €. Cette tendance s’explique par l’augmentation du nombre de boutiques en ligne qui, à côté des poids lourds du secteur, sont souvent spécialisées sur une niche. On assiste donc à une importante diversification de l’offre. (Source : Ogone)
  • D’après un rapport de eMarket Services, on peut ajouter 900 millions € (!) qui correspondent au total des achats faits par des Belges sur des sites étrangers en 2009. Le chiffre d’affaires total des dépenses des Belges sur Internet s’élèverait donc à environ 1,6 milliard €.
  • A titre de comparaison, même si le marché est 6 fois plus grand, 25 milliards € ont été dépensés en 2009 sur les sites e-commerce en France, soit une augmentation de 26% par rapport à 2008. (Source : Fevad) Le Français, pourtant loin d’être le champion en e-commerce parmi nos pays voisins, a donc dépensé en moyenne 2,5 x de plus que le Belge. Nous pouvons encore ajouter qu'en 2009, seulement 36% des Belges ont fait un achat en ligne comparé à 45% des Français, 56% des Allemands, 63% des Hollandais et 66% des Anglais... (Source : Eurostat)
Les principales raisons de ce retard considérable sont les suivantes :
  • Les Belges ne trouvent pas les produits qu’ils recherchent sur des sites belges. Près de 65% des produits recherchés par les Belges sont uniquement disponibles sur des sites étrangers. (Source : Eurostat /YouGovPsychonomics 2009)
  • S’il en a la possibilité, un internaute préfère très nettement acheter sur un site « domestique ». Les internautes en France, Allemagne, Hollande et Angleterre n’achètent que très rarement sur des sites transfrontaliers. Ils trouvent tout ce qu’ils recherchent sur des sites nationaux avec comme résultat une croissance très importante du secteur e-commerce. (Source : Eurostat)
  • En Europe, 60% des tentatives d’achat sur des sites transfrontaliers n’aboutissent pas suite à des problèmes d’inscription, de livraison ou de paiement. Ici aussi la Belgique est en tête de peloton avec 70% des tentatives d’achat transfrontaliers qui n’aboutissent pas. (Source : Eurostat/YouGovPsychonomics 2009)

Il y a donc une opportunité claire pour les entrepreneurs belges de lancer des sites e-commerce actifs sur le marché belge mais aussi français et hollandais.

Lire : le potentiel belge est inexploité

customer service software technical support
Live Chat by Comm100